Articles sur cheval-loisir.ch
Liste des articles
Retour page précédente
Rencontre des cavaliers de l`histoire!
Au Ranch des Maragnenes CH 1950 Sion

Les 16/17/18 novembre 2001, des cavaliers d’un genre très particulier se sont retrouvés au Ranch, base de départ de deux magnifiques journées équestres, placées sous le signe de l’Histoire.

Ces cavaliers ont en effet ceci de particulier c’est que non seulement ils se déplacent dans l’espace, mais aussi ils remontent le temps. Leurs splendides uniformes du Premier Empire de Napoléon Bonaparte en sont le témoignage

Au nombre de douze – dix cavaliers plus deux cavalières – ils représentent un détachement d’une Association française de reconstitution historique (loi de 1901) dont le siège est à Paris et groupant plus de cinq-cents membres de plusieurs nationalités européennes. Pour l’occasion participaient neuf français, deux italiens et un suisse. Les uniformes étaient ceux de chasseurs à cheval de la Garde Impériale, de Hussards, de Cuirassiers et de cantinières, tous du Premier Empire.
Pourquoi avoir choisi la Suisse et le Valais ?

Il y a deux raisons à cela. Premièrement la Suisse est un lieu de souvenirs, car entre 1798 et 1803 elle était occupée, plus ou moins pacifiquement par les troupes françaises de la Révolution et du Consulat. Elle fut le théâtre de grands événements militaires. Citons en particulier les deux batailles de Zurich en 1799 où la victoire des troupes du Général Masséna permit la libération de cette ville occupée par les troupes austro-russes. En mai 1800, rappelons le mémorable passage de l’armée française, forte de près de cinquante mille hommes, ce qui mis très lourdement le canton du Valais à contribution. Cet héroïque et haut fait militaire aboutit à la victoire de Marengo et le retrait des troupes autrichiennes qui occupaient l’Italie du Nord.
Nos cavaliers de l’Histoire ont ainsi voulu remonter aux sources d’une période qui les passionne, dans un décor sublime, leur permettant de laisser libre cours à leurs rêves attachés à la glorieuse épopée de la Cavalerie.

La seconde des raisons du choix est l’excellente réputation de l’établissement équestre de la famille Vuissoz, où l’accueil et la qualité des chevaux en font un lieu privilégié.

Partir ainsi sur des sentiers escarpés, surplombant des abîmes vertigineux, avec des cavaliers pas toujours chevronnés, malgré un temps splendide, relève du défi. Mais à aucun moment quiconque ne s’est senti en danger.
Le samedi matin, les cavaliers après avoir harnaché les chevaux et s’être équipés « comme à l’époque » - harnachement et uniforme sont reconstitués rigoureusement – le détachement se met en route en direction des Agettes.

« Ennemi en vue, à l’attaque »,

En haut des Bouillets, en forêt, deux groupes sont formés, l’un part en avant et en un endroit caché, tend une embuscade. L’autre groupe se met ensuite en marche, en formation de combat, et tout à coup aux cris de : « Ennemi en vue, à l’attaque », les sabres sont dégainés, c’est la charge et le choc de deux groupes de cavaliers dans le fracas des sabres qui se heurtent. Les chevaux décidément semblent aimer ça. Ils voltent avec aisance et foncent résolument, ah les braves bêtes ! La paix est faite et l’escadron repart.

Vers midi c’est l’arrêt pique-nique en pleine nature, moment privilégié, pause bienvenue pour tout le monde.
Puis c’est le départ un peu mouvementé sur un sol gelé, très en pente, arbres en travers etc, autant d’obstacles franchis courageusement même par nos deux cantinières, qui rappelons-le, étaient déjà présentes à l’époque dans les troupes. Elles ont et continuent à veiller au bon moral des hommes !

« comme à l’époque » !



La soirée et la nuit à Combioulaz, toujours placées sous le signe de l’amitié et de la fraternité, resteront un des temps fort du séjour . Raclette, vin, chansons, décor de givre à l’extérieur, cadre très rustique à l’intérieur, oh combien sympathique, ont permis à chacun de revivre quelques heures « comme à l’époque » !


Dimanche matin, diane au point du jour, petit déjeuner, pansage et équipement des chevaux et des cavaliers, un peu nostalgique de quitter cet endroit unique

L’issue du « combat » restera incertaine

Plus loin, au croisement des deux rivières « la Borgne du Val d’Hérens et la Dixence du Val des Dix », sous les Pyramides d’Euseigne, une nouvelle embuscade est tendue.
Une fois de plus le comportement des chevaux pataugeant dans l’eau parmi les galets, soulèvent l’admiration générale.

L’issue du « combat » restera incertaine, la dernière charge entraînant l’escadron reconstitué, à la découverte de la superbe tour Tavelli polygonale de Vex datant du XIIIème siècle.
Quelques minutes plus tard, par la grâce et la générosité d’une sympathique famille du Southor sous Vex (Nicolas Deschanez), fut servi en plein air, sous un soleil radieux, un délicieux Fendant de derrière les « fagots ». L’apéritif étant à son terme, c’est le retour au Ranch dans l’après-midi ou un délicieux repas attendait le groupe

Ainsi se termine ce périple historique et merveilleux au cours duquel le soleil, les sublimes teintes automnales et les sommets neigeux ont puissamment contribué à la pleine réussite de cette rencontre.


Tous les participants tiennent à exprimer ici leur gratitude et chaleureux remerciements à Roger, guide sûr et compétent, à son épouse pour la délicieuse cuisine à l’ancienne, mitonnée avec tant de soins et à Carine jeune demoiselle qui a si bien soignés nos braves chevaux merveilleux compagnons de gloire de ces deux journées inoubliables.

Maréchal des logis chef Robert

Auteur: Maréchal des logis chef Robert   
Pour plus d'images: www.maragnene.ch/album/album/escadron/index.htm

et pour plus de renseignements: info@maragnene.ch   

Retour

















Articles sur cheval-loisir.ch
Page d'accueil
Retour page précédente